Le regard de Teju Cole

par Philippe  -  8 Novembre 2018, 19:53

Considéré par Salman Rusdie comme l'un des écrivains les plus prometteurs de sa génération Teju Cole regarde avec accuité mais aussi quelque fois avec un certain parti pris les sociétés nigérianes et américaines. Né en 1975 dans le Michigan il exerce comme critique photo au New York Time magazine mais aussi comme professeur of practise of creative writing at Harvard. Teju Cole acquiert la célébrité (PEN Hemingway Award, National Book Critics Circle Award, International Litterature Award) grâce au livre "Open City" dans lequel il raconte l'histoire de Julius qui erre dans Manhattan aprés avoir rompu avec sa fiancée et fera des rencontres qui changeront sa vie. Ce succés masque toutefois l'importance du premier roman de Teju Cole intitulé "Every day is for the thief" ou l'histoire semble autobiographique. Le héros du roman reste inconnu mais le lecteur comprend qu'il a perdu son père et que les relations avec sa mère sont conflictuelles. Pour changer d'environnement le héros part pour Lagos ou il se rend compte rapidement que les conditions de vie sont différentes de ce qu'il connait. Il évolue au milieu d'embouteillages monstres, d'une corruption endémique et il constate  l'omniprésence de la religion, la pauvreté des librairies et l'absence de mémoire liée à l'esclavage. Le parcours de Teju Cole semble sans tâche à l'exception d'une prise de position en avril 2015 quatre mois après l'attentat contre Charlie Hebdo. Le PEN American organisait un gala à la mémoire des journalistes assassinés que Teju Cole et six autres auteurs ont perturbé en affirmant que les victimes étaient racistes et islamophobes. Le président de l'association SOS Racisme ainsi que la ministre de la justice Christiane Taubira ont condamné leurs propos.

Le regard de Teju Cole
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :