Robert Frank, photographe américain

par Philippe  -  7 Octobre 2019, 07:00

Robert Frank, photographe américain

Le nom de Robert Frank ne dit rien au public car le photographe suisse naturalisé américain ne recherchait pas la célébrité. Il ne défendait aucune cause et son côté négligé (habits, cheveux) le faisait plutôt passer pour un beatnik mais il réalise à travers ses nombreuses photos une oeuvre lucide, sombre hantée par les regrets. Robert Frank né à Zürich en 1924 et il entre comme apprenti photographe chez Jacob Tuggener en 1941. Ce dernier lui apprend la technique tout en lui communicant sa vision radicale de l'art. Robert Frank intègre en 1947 le journal Harper's Bazaar ou il photographie des chaussures et des vêtements. Il démissionne rapidement de ce travail pour entamer un périple en Amérique latine durant lequel il prend de nombreux clichés oscillant entre photojournalisme et photographie humaniste. Ce voyage lui permet également de se rendre compte que l'atmosphère dégagée par une photo posséde plus d'importance que le sujet lui - même. Lorsque Robert Frank rentre à New - York en 1953 il fait une rencontre décisive celle de Walker Ewans l'inventeur du style documentaire dans lequel il retrouve le radicalisme de son mentor. Grâce à Ewans il obtient une bourse auprès de la fondation Guggenheim pour pouvoir parcourir pendant deux ans les Etats - Unis. Robert Frank réalise 23.000 photographies représentant des fêtes foraines, des rodéos, des magasins, des gens ordinaires en privilégiant toujours l'instant décisif. Derrière ses instantanés il saisit les fractures de l'Amérique loin de l'univers aseptisé des publicités. Aucun éditeur américain n'accepte de publier les clichés de Robert Frank et il doit attendre 1959 pour que Grove Press édite son livre intitulé "Les Américains" accompagné d'une préface de Jack Kérouac. Au début des années 1960 Robert Frank décide de se lancer dans le cinéma expérimental avec "Pull my Daisy" adapté d'une pièce de Jack Kérouac ou les principales figures de la beat génération jouent leur propre rôle. Il marquera la contre - culture cinématographique avec "Cocksucker blues" (1972) qui montre le côté sombre de la vie d'une rock star durant une tournée américaine des Rolling Stones. Effrayés par l'image que le film dégage d'eux les Rolling Stones saisissent la justice pour obtenir l'interdiction de la projection du film. Devenu une légende avec "Les Américains" Robert Frank sombre dans le pessimisme après le décès prématuré de ses enfants et il décide de léguer une grande partie de ses archives personnelles à la National Gallery de Washington DC pour éviter que certains ne soient tentés de donner une suite à son travail sur laquelle il n'aurait aucun droit de regard.

Robert Frank et Mike Jagger en 1972

Robert Frank et Mike Jagger en 1972

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :