La permission

par Philippe  -  11 Septembre 2020, 08:18

La permission

Film réalisé par Melvin Van Peebles, scénario : Melvin Van Peebles, produit par : Guy Belfond, Gaston Doha, image : Michel Kelber, musique : Melvin Van Peebles, Mickey Baker, montage : Lilian Korb, distribution : Harry Baird, Pierre Doris, Christian Marin, Nicole Berger, Karel Jonathan Beer, ..., 87mn., (1968).

 

Le réalisateur Afro - Américain Melvin Van Peebles arrive en France durant les années 1960 sur le conseil d'un spectateur français. Il a déjà réalisé plusieurs courts métrages dès 1957 grâce à l'aide d'amis car personne à Hollywood ne veut financer un long métrage qu'il pourrait diriger. Un français assiste par hasard à la projection des courts de Melvin Van Peebles dans un cinéma de new - yorkais puis il le contacte après pour l'inciter à aller travailler en France. Le réalisateur débarque ainsi à Paris ou il apprend le français, travaille au magazine Hara - Kiri et traduit l'hebdomadaire américain "Mad" pour le lectorat français. Le père de la Blaxploitation ("Sweet sweetback's Bood Ass Song", 1971) y tournera également son premier long métrage. Melvin Van Peebles réuni deux acteurs inconnus pour une romance taboue dans les années 1960. Harry Baird connu pour ses prestations dans les westerns spaghettis italiens joue un jeune GI américain en vacances. Nicole Berger formée au théâtre s'est bâtie une réputation grâce à la série télé "Cécilia, médecin de campagne" qui lui vaut la une de l'hebdomadaire "Télé 7 jours" y interprète une jeune vendeuse. En 1966 le général de Gaulle prend la décision de retirer la France de l'OTAN et demande aux troupes américaines de quitter la France. Dans une base située dans le centre du pays le commandant accorde une permission de trois jours à un jeune GI. Ce dernier part vers Paris ou il erre dans les rues car il ne connaît personne. Il rencontre une jeune vendeuse et ils passeront quelques heures de bonheur en Normandie. Melvin Van Peebles filme à la manière de la Nouvelle Vague privilégiant la spontanéité et le réalisme par exemple lorsque le jeune homme essaie de parler français ou quant la jeune femme lui avoue qu'elle l'aimera pour toujours. Le réalisateur aborde aussi le thème du racisme notamment dans le rapport entre le commandant de la base et le jeune GI qu'il s'efforce toujours d'écarter de l'intrigue amoureuse. "La permission" sera endeuillée à sa sortie par le décès de Nicole Berger dans un accident de voiture mais il annonce l'arrivée du Nouvel Hollywood qui dominera les années 1970 et la fin du déclin des studios américains.

 

 

Nicole Berger et Harry Baird

Nicole Berger et Harry Baird

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :