Goscinny et le cinéma, Astérix, Lucky Luke et cie

par Philippe  -  26 Juillet 2021, 07:49

s

s

Exposition du 4 au 29 août 2021, Musée éphémère du cinéma, Palais des festivals et des congrès, de 14h à 21h, tél. : 04.97.06.45.08 et 04.92.99.85.85, ticket : 2€.

 

Le scénariste de bande - dessinée René Goscinny a toujours entretenu un lien très fort avec le cinéma. Ce cinéphile assidu des films de Chaplin, Buster Keaton, des Marx Brothers et de Laurel et Hardy utilise le péplum un genre cinématographique dont l'action se situe durant l'Antiquité pour créer les aventures d'Astérix au début des années 1960. Le scénariste met en situation une histoire, détermine le contexte et les personnages, les décors, les actions et les gestes. Il décrit le temps, le lieu et la situation dans les moindres détails. Tout ce travail se retrouve dans les quatre longs métrages que Goscinny réalise et produit ("Astérix et Cléopâtre" (1968), "Daisy Town" (1971), "Les douze travaux d'Astérix" (1976), "La ballade des Dalton" (1978) en compagnie de Pierre Tchernia, du dessinateur Uderzo et de la société belge Belvision car il désirait devenir l'égal de Walt Disney. René Goscinny s'inspirait également du burlesque un genre cinématographique de l'italien "burla" (farce) qui désigne un comique exagérément extravaguant. Il privilégie le physique jusqu'à la violence se servant des coups, des chutes, des glissades et des collisions pour souligner le ridicule d'une situation. Le burlesque échappe à la narration classique et Goscinny le fait évoluer vers une satire sociale qui démonte les clichés et les travers d'une époque. "Goscinny et les cinéma" entraine le visiteur dans les différentes étapes de la réalisation d'un dessin animé durant les années 1970 (storyboards, scénarios, biographies, cellulos) et se conclu par un César décerné en 1977 et une statue faite par Robert Combas et érigée à côté de Bijou Plage à Cannes.

Uderzo et Goscinny

Uderzo et Goscinny

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :